logo

Le cheval territorial

Le cheval territorial, un outil au service des collectivités

Redonner une place au cheval au sein de nos communes. Voilà une idée qui peut paraître passéiste pour certains, mais qui en vérité relève d'une incroyable modernité.

Le cheval (ou l'âne) s'avère un outil de travail intéressant pour des tâches telles que la collecte d'ordures ménagères, le tri sélectif, l'entretien des espaces verts et de la voirie, le transport de personnes ou de biens, l'insertion sociale, l'éducation à l'environnement,...

En plus d'un avantage écologique certain, le cheval en ville redonne une place au vivant dans l'univers minéral du bitume, favorise la convivialité et l'échange à travers le contact avec un animal, et dans certains cas peut coûter moins cher que des engins motorisés. Indirectement c'est toute une filière économique qui se développe en parallèle à l'utilisation du cheval, et donc des emplois créés ou maintenus.

Le cheval territorial répond pleinement aux enjeux du développement durable auxquels font face les collectivités!

La place du cheval en ville ne s'aborde plus selon l'angle du folklore ou du loisir, mais bel et bien du travail et du développement durable. C'est un outil de travail et un acteur économique en tant que tel, moteur d'initiatives innovantes et de lien social.

 

Le projet de cheval territorial dans la Drôme - phase I

Objectif

Préluder l'utilisation du cheval territorial dans la Drôme, par un état des lieux de l'offre et de la demande, ainsi que des potentialités de développement.

Actions

- Etude dans la Drôme en 2008-2009 pour évaluer les potentialités de développement du cheval territorial.

- Sensibilisation et communication auprès des collectivités sur les potentialités du cheval territorial.

- Démonstration à Anneyron le 6 mars 2009. Rémy Léger, prestataire à Beaumont-lès-Valence a fait une démonstration de ramassage d'ordures et de collecte de verre.

Résultats de l'étude

Les enquêtes auprès des prestataires en traction animale montrent un intérêt grandissant pour cette activité, qui leur permettrait de diversifier leur activité parfois difficilement viable. Ils sont toutefois encore peu nombreux et parfois situés en zone isolé, où le déplcement jusqu'à un centre urbain ne permet une rentabilité du service.

La FDCIVAM 26 travaille en parallèle à la formation de nouveaux prestataires, grâce à la mise en place du Certificat de Spécialisation "Utilisateur de chevaux attelés", qui permet aux stagiaires d'obtenir un diplôme reconnu par l'Etat et leur donne des compétences polyvalentes pour leur activité future.

Du côté des collectivités, leur intérêt est pour l'instant peu marqué, essentiellement par méconnaissance du sujet et de ses potentialités. Bien que plus d'une soixantaine de communes en France utilisent déjà les services du cheval, ce phénomène reste encore largement méconnu et se confine souvent à de l'évènementiel ou du folklore. Certaines collectivités ont toutefois écouté notre discours avec attention et désirent en savoir plus sur le sujet. Il manque malheureusement de références technico-économiques sur le sujet, et aussi de matériel adapté.

La sellerie Baude, à Bourg-de-Péage, a pris un temps d'avance en mettant sur le marché des prototypes de voitures hippomobiles. Ces véhicules évoluent constamment au fil des besoins révélés des différentes communes.

Les documents produits à télécharger

- plaquette de présentation du cheval teritorial :

- guide d'utilisation du cheval territorial :

Les suites à venir

La FDCIVAM 26 forte de son expérience dans le développement des métiers de la traction animale et l'accompagnement de porteurs de projet, se proposent de faire l'interface entre l'offre (les prestataires) et la demande (les collectivités).

Pour cela, elle oriente les prestataires vers les collectivités interessées en fonction de leurs compétences et de leur lieu de résidence. Elle assure la formation des personnes qui souhaitent créer une activité en ce sens.

Elle accompagne les collectivités dans le choix de l'utilisation du cheval territorial, que ce soit au niveau des activités, du matériel, des chevaux ou du meneur. Cet accompagnement commence par un entretien, pour éventuellement proposer par la suite une journée de démonstration ou une expérimentation sur plusieurs jours. Cela permet de "tester" une activité et d'avoir le retour de la population.

Les villes de Valence et d'Anneyron ont déjà fait part de leur intérêt à expérimenter sur plusieurs jours des activités de cheval territorial.

Si vous êtes interessés, contacter la FDCIVAM 26!

Ce projet est soutenu par le Conseil Général de la Drôme:

 

 


Powered by Joomla!. Design by: joomla templates download  Valid XHTML and CSS.